[Fiche] Thrain Sombrefeu, le Ragesang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fiche] Thrain Sombrefeu, le Ragesang

Message  Mozdram le Mer 10 Sep 2014 - 18:49

"What is better - to be born good, or to overcome your evil nature through great effort ?" Paarthurnax, The Elder Scrolls V : Skyrim

Personnage :

Race : Orc
Nom : Sombrefeu
Prénom : Thrain
Surnoms : Le Ragesang, Champion de Goldrinn
Âge : 29 ans (première rencontre), 30 ans (actuellement)
Sexe : ♂
Classe : Belluaire / Berzerker
Taille : ~2m00
Poids : ~120kg
Alignement : Loyal/Bon
Affiliation principale : Héritiers d'Azeroth
Affiliation secondaire : Ligemorts Cendrelangues
Anciennes affiliations : Nouvelle Horde, Vol de Bronze.
Croyance : La Voie de la Horde
Langues parlées : Orc, Commun. Notions en Thalassien, en Drænique et en Zandali.
Mentors : Krogar Sombrefeu, Aléryon Sittorval †, Brokh'thar Brise-Acier †
Élèves : Zer'khan, Endirvis, Arkturus
Spécialisations : Haches et épées (une et deux mains), Arcs, Pugilat.
Armes : Carnage (hache à deux mains en véracier), perdue aux mains des Infinis après leur attaque sur les Grottes du Temps.
Percemithril (arc en os de dragons), brisé par Thrain après la mort d'Adash.
Épée large en acier-titan à deux mains runifiée sans nom.
Scalp vrykul en cobalt.
Griffes en obsidium attachées aux gantelets.
Familiers : Aminor
Croc-d'Acier


Famille du personnage :

Père : Krogar Sombrefeu, dit le Ragefoudre. Prophète du Cercle Terrestre.
Mère : Taria Largebrume †. Chaman du clan Ombrelune.
Demi-frère : Azralvan Sombrefeu, dit le Rageflamme. Surveillant de la Ligue des Psykers.

Du côté du père :

Grand-père : Sonrek Sombrefeu †, dit le Rageguerre. Chasseur du clan Sire-Tonnerre.
Grand-mère : Olra Dompteloup †. Chasseresse du clan Sire-Tonnerre.
Oncle : Goshrak Sombrefeu †, dit le Ragehaine. Guerrier du clan Sire-Tonnerre.
Tante : Mona Sombrefeu, dite la Ragefuneste. Dame de la mort Illidari.

Du côté de la mère :

Grand-père : Korbal Largebrume †. Prophète du clan Ombrelune.
Grand-mère : Ashina Spectrevoile †. Mystique du clan Ombrelune.
Oncle : Gatagog Largebrume †. Assassin du Conseil des Ombres.
Cousins : Aralak Largebrume. Nécrolyte du clan Ombrelune.
Orgal Largebrume †. Démoniste du clan Rochenoire.


Description :

- Physique

Bâti pour tuer, Thrain est l'exemple concret de ce qu'on fait miroiter aux jeunes orcs. Plus grand que la plupart de ses compatriotes et pesant pas moins d'une tonne de muscles, sa puissance physique est colossale, même pour un représentant de sa race. Ainsi, il a utilisé sa force à de nombreuses reprises, comme le prouvent toutes les cicatrices qui lui affublent le corps. Cependant, aucune n'a été suffisante pour l'handicaper plus de quelques jours. Un profond respect pour cette race particulière lui a fait tatouer l'image d'un dragon rouge, débutant à l'omoplate gauche pour descendre jusqu'au milieu de son dos.
Cependant bien qu'il aime exhiber le plus possible ses balafres données par des ennemis qui égalaient ou surpassaient sa force, il n'hésite pas à recouvrir son corps d'une armure. Généralement, elle est assez résistante, mêlant le cuir et les mailles pour lui offrir une protection optimale. Ayant un attrait particulier pour le rouge, lui rappelant le sang et sa Horde, elle joue un rôle sentimental dans son code couleur, ornant surtout les nombreux points de détails, comme les reliures et le tissu qu'il peut porter. Il aime aussi s'affubler de quelques parures lui rappelant son clan d'origine, généralement des bracelets de dents de féroces prédateurs, des médailles de guerre et un collier avec une gemme d'ombre maintenant vide et inutilisable. Une tête de loup est aussi posé sur son épaule droite, témoignage de la vaillance éternelle d'une de ses anciennes bêtes (Hyale) qui s'est sacrifiée pour lui alors qu'elle était gravement malade.
Il a aussi une affection toute particulière pour ses armes, celle qui semble inhérente aux guerriers de sa race, n'hésitant pas à leur donner des noms après qu'elles aient suffisamment servies au combat. Ainsi connaissant son amour pour ces instruments qui servent à donner la mort, un ami lui a forgé une réplique de Hurlesang, l'arme légendaire de Grommash Hurlenfer, qu'il utilisa fièrement pendant de nombreuses années. De même son arc crée à partir d'os de drakes bleus, qui forment en son milieu le signe de la Horde, lui a été offert pour son dévouement pendant la Guerre du Nexus. Récemment, après la perte successive de ses deux armes, son père avec l'aide d'un forgeron émérite et d'un drake rouge lui ont forgé une longue et lourde épée runifiée à deux mains qui ne demande qu'à avoir une destinée flamboyante. Il semble aussi, dans son périple, s'être amouraché de quelques trophées, notamment un scalp vrykul extrêmement tranchant et les griffes des Scorpions, deux longues et une plus courte au milieu, qu'il a attachées à ses gantelets.
Malgré son attrait du combat et du risque, son visage est en grande partie intacte. On oublie même les quelques maigres balafres qui lui ornent son rugueux faciès lorsqu'on plonge les yeux dans son regard marqué par un rouge ardent, témoignage du passé démoniaque de toute sa race. Cependant, ses yeux brillent bien plus qu'un orc normal, notamment pendant ses rages sanguinaires, à tel point qu'ils contrastent parfois avec son air serein et son vert plutôt pâle. Il a aussi des cheveux bruns plaqués en arrière se terminant en tresses, agissant comme une preuve de sa proximité d'un certain troll. Récemment, il a décidé de se laisser pousser la barbe, même s'il tient à la garder courte.
Suite à son élévation au rang de Champion de Goldrinn, ses yeux ont définitivement perdu leur rouge ardent. Dorénavant, ses iris sont blanchâtres, même si cernés de rouge aux alentours de la pupille.

- Caractère

Bien différent de la plupart de ses contemporains, notamment pendant l'ère Hurlenfer, qui ne jure que par la guerre, il cherche à tirer des leçons des actes passées de son peuple. Plus encore, cela l'a poussé à parfois essayé de faire pardonner ses semblables auprès d'une race qui avait subit les ravages causées par la Horde, quelque chose que beaucoup trouverait proprement ridicule. Cela ne l'empêche toutefois pas de faire fi de son code moral en commettant des actes que lui même considère ignobles, même s'il cherche à les limiter le plus possible, mais toujours dans un seul but : un monde meilleur.
En effet, Thrain est un utopiste qui rêve d'un monde de paix où les peuples vivraient ensemble en harmonie. Quelque chose qu'il sait irréalisable, évidemment mais cela ne l'empêche pas d'essayer. Ce rêve existe pour plusieurs raisons dans son esprit.
Étant un militaire aguerri, il a pu voir de près les horreurs de la guerre, parfois même les tutoyer, les commettre et les apprécier. Cette expérience riche et macabre lui a permis de se renseigner sur les différents lieux où il allait devoir opérer, lui faisant comprendre la complexité et la beauté de son monde d'adoption, Azeroth, qu'il a commencé à chérir plus que sa vie propre. Cette abnégation de lui même s'étend aussi à ce qu'il considère comme "Karad", qu'on peut traduire plus ou moins comme frères d'armes, soit des gens sous sa direction, soit ses amis. Sa vie n'est rien comparée à celle de ses compagnons et il n'hésitera donc jamais à se sacrifier pour l'un d'entre eux, même pour les plus détestables.
De plus, il est lui même victime des guerres précédentes à plusieurs échelles. En effet, il a longtemps été confronté à ce qu'il a appelé des dépressions sanguinaires, souvent causées par une accumulation d’événements traumatisants, incluant les trahisons et les morts des êtres chers. Cette rage aveuglante ne dure généralement pas aussi longtemps chez les orcs normaux. Devenant ainsi incontrôlable, il a causé des massacres sans aucune raison valable. Ainsi, il se considère comme un monstre, puisque malgré ses idées, ses pulsions le poussent à la fureur du combat, à se laisser emporter par cette adrénaline enivrante même s'il cherche à mettre sa force surnaturelle au service de ce qu'il considère comme le "Bien". Si le monde venait à devenir parfait comme il le souhaite, lui même n'en ferait plus parti.
Outre sa psychologie tourmentée, Thrain est une personne calme, généralement agréable et appréciant notamment la découverte des autres cultures, en particulier celle des calmes dræneïs, capable de l'apaiser et lever ses doutes. Il apprécie aussi paradoxalement les martiaux elfes de la nuit, trouvant une certaine poésie, quasiment érotique, dans cette société matriarcale et guerrière. Il affectionne aussi les nains, pour leur capacité à créer d'excellents breuvages capables de l’assommer en quelques verres. Un exploit que la plupart de ses ennemis n'ont d'ailleurs pas réussi à atteindre. Dans un autre domaine, il a une connexion particulière avec la faune, étant capable d'acquérir la confiance des animaux sauvages en un temps record. Il est probable que le lien spirituel qui le lie à Aminor l'y aide grandement, cependant il est indéniable qu'il possède aussi un talent naturel dans ce domaine. En dehors de cela, il n'a pas de phobies particulières, même s'il honni tous ceux qui utilisent la magie démoniaque ou la nécromancie, ne l'assimilant qu'à une profonde arrogance et un égoïsme sans limite.


Résumé chronologique :

Né le 12 Yser de l'an 0

L'an 0 à 4 après l'ouverture de la Porte des Ténèbres : Naissance de Thrain, sa mère meurt en accouchant dans une gerbe de sang au Marais des Chagrins. Krogar décide donc, après un rituel familial, de le surnommer le Ragesang. Après la destruction de Hurlevent et la marche de la Horde sur le reste d'Azeroth, Krogar se fait passer pour mort et fuit avec son fils pour éviter la guerre.

L'an 4 à 16 : Krogar apprend à son fils à respecter les éléments et les esprits, Thrain cependant s'intéresse beaucoup plus à la faune et veut devenir un glorieux chasseur, bercé par les histoires de son père qui racontait l'histoire de son peuple avant la création de la Horde. Malgré ça, lors d'une soirée où ils partent chasser, ils sont capturés par des patrouilleurs de Stromgarde et envoyés dans un camp d'internement dans les Hautes-Terres d'Arathi qui se nommera plus tard le Trépas-d'Orgrim.

L'an 16 à 19 : Il reste pendant deux ans dans le camp d'internement avant que les orcs ne se libèrent grâce à Thrall. Krogar ne souhaite cependant toujours pas rejoindre cette nouvelle Horde et quitte rapidement le giron de cette dernière. Certains orcs les considérant comme des lâches décident de les prendre en chasse à la nuit tombée. Cependant, l'intervention in-extremis d'un bandit talentueux, Noatys, leur sauve la vie. Celui-ci rejoint assez vite le groupe des deux orcs et les escorte en sécurité, voyageant ainsi ensemble pendant quelques jours. Malheureusement pour eux, tout ceci se révèle être un piège et ils sont pris en embuscade au Mur de Thoradin par des hommes de Landenoire. Krogar donne donc assez de temps pour permettre à son fils de s'enfuir avant de périr.

L'an 19 à 21 : Thrain tombe en pleine dépression sanguinaire et fuit loin des civilisations, causant de nombreux meurtres isolés sur sa route. Arrivé dans la Jungle de Strangleronce, il commet un acte qui le hante encore aujourd'hui : il massacre une caravane entière de marchands du Cartel Gentepression et dans ce carnage, il tue un enfant. Peu après, il se terre dans la jungle même si des chasseurs de primes réussissent à le débusquer à plusieurs reprises. Au fil des deux années, il affine ses capacités de belluaire et réussit à dompter un raptor : Griffehaine le Sauvage.

L'an 21 à 24 : Il rejoint Baie-du-Butin, après s'être fait oublier, où il apprend grâce aux habitants que les orcs se sont établis sur une nouvelle terre au delà des mers. Saisissant sa chance, il monte dans un bateau et rejoint son peuple. Il propose immédiatement ses services au Chef de guerre Thrall. Des mois durant, il accomplit quelques tâches pour prouver sa valeur avant ce qu'il considère comme sa première vraie mission. Alors qu'il est chargé d'escorter une cargaison de bois depuis Orneval jusqu'à Orgrimmar, il tombe dans une embuscade de loyalistes de Dælin Portvaillant. Après un violent combat, seul reste Thrain et un guerrier humain. À sa surprise, l'homme se met à genou et ôte son heaume, se découvrant être Noatys. S'offrant donc à sa merci, il lui raconte son histoire et ses regrets, notamment pour ce qu'il lui a fait, il lui donne finalement un pendentif serti d'une gemme précieuse qui appartenait à Krogar. Jugeant qu'on ne venge pas un mort en causant plus de carnage, Thrain lui laisse la vie sauve. Arrivé à Orgrimmar afin d'avertir Thrall de l'attaque récente des forces de Kul Tiras, un guerrier chanteguerre dénommé Korghen Sang-Noir, tenant dans sa main gauche un cœur, qui se révéle être celui de Noatys, se proclame le héros qui a vaincu les troupes de l'Alliance à lui seul lors de l'embuscade. Apparemment, il n'en était pas à sa première stupidité et la Horde l'exile d'Orgrimmar.

L'an 24 à 26 : Fidèle à la Horde, il continue de la servir, dévoué à ses idéaux. En pleine recherche dans les Steppes Ardentes, il attaque un camp de la Horde Noire et dompte deux jeunes worgs (Hyale & Croc-d'Acier) appartenant, avant sa mort, au champion rochenoire Zamok. Après avoir accompli de nombreuses assignations dans diverses régions, il s'élève finalement au rang de Kor'kron.

L'an 26 à 27 : Dépêché à Lune-d'Argent pour recruter quelques elfes de sang dans leur rang en signe de coopération, il se lie d'amitié avec plusieurs personnes dont notamment Aléryon Sittorval qui devient une sorte de mentor pour lui. L'orc réussit même à rallier un assassin en ermitage, Uroloki, au Clan de la Main-Brisée. Il dompte, par ailleurs, dans les Terres Fantômes, une lynx femelle ayant récemment perdue sa progéniture à cause du Fléau. Admiratif de la paisible nature du fauve, il la nomme Aminor : "Sérénité" en Thalassien. Une fois son équipe composée, les kor'krons sont dépêchés au Berceau-de-l'Hiver suite à des informations troublantes concernant le réveil des morts dans les ruines de Kel'theril. Cependant, toute cette mission se trouve être une mise en scène visant à piéger les kor'krons et à servir d'hôtes pour un nécromancien elfe de sang, Drænen Aubesort, voulant rétablir la gloire des biens-nés d'antan. Thrain sort grièvement blessé de cette rencontre avec seulement deux survivants, dont Aléryon Sittorval. Dans un élan de sympathie suite à la coopération passée du Ragesang, des chamans grumegueules acceptent de le sauver de l'étreinte de la mort en liant son âme à son familier, Aminor. Leurs vies sont dorénavant totalement mêlées. Infiniment reconnaissant, il constate aussi que son lien avec Aminor lui permet quelques pouvoirs sur la faune. Une fois libéré de ses obligations, il rejoint l'Outreterre et tout le long de cette campagne combat pour l'Aldor au côté d'un redresseur de torts nommé Azaldazur, en profitant pour en apprendre plus sur son peuple et sur les dræneïs, qu'il en vient à admirer.

L'an 27 à 30 :  Son service auprès de l'Aldor se termine sur la défaite de Kil'jaeden et la reconquête du Puits Solaire. Profitant de cet instant de paix, Thrain rejoint de nouveau les kor'krons. Lors de l'attaque du Norfendre, le Belluaire est nommé second d'une escouade avec Aléryon Sittorval à sa tête. Lui et son groupe sont pris en embuscade par le Fléau près de la caravane de Mâchoire-d'acier où il fait la connaissance d'un chevalier de la mort troll des jungles : Endirvis Saignepeste. Aléryon mobilise alors toute sa puissance pour les sauver avant que les renforts n'arrivent mais meurt de ses blessures peu après. Craignant une dépression sanguinaire, la Horde lui ordonne de quitter le Norfendre. De son côté, Thrain fouille les dossiers de Krogar et apprend qu'un des anciens contacts de son père est encore en vie. Il le retrouve finalement dans la Jungle de Strangleronce. Rapidement, une profonde amitié se mêle entre les deux chasseurs et il arrive même à le faire retourner dans la Horde, qui l'accueille à bras ouvert. Témoin de ce haut-fait, la Horde l'autorise à rejoindre de nouveau le Norfendre à la tête de sa propre escouade. Combattant pendant trois ans consécutifs sur les terres gelées, sa dévotion va lui apporter la consécration. D'abord nommé comme Champion de la Horde, un drake du Vol Rouge s'intéresse grandement à son cas et devient un de ses camarades. Satisfait et heureux, Thrain quitte le Norfendre pour Orgrimmar dès qu'il en a la possibilité et apprend en y arrivant que Korghen est revenu de son exil. Rapidement ce qui devait être un repos bien mérité se transforme en cauchemar, le collier appartenant à son père est volé et ayant des doutes sur la culpabilité de Korghen, il le capture et le torture. Il apprend par cet intermédiaire qu'il n'était qu'un simple courrier, le collier devait revenir à Brokh'thar. Formant un groupe parmi ses amis les plus proches et d'un Korghen en quête de rédemption, ils se dirigent vers Karazhan. Combattant à la fois les spectres hantant cette tour damnée et les mercenaires au service de son ancien mentor, il finit par le confronter, seul, au sommet du bâtiment. Cherchant à comprendre la raison de cette trahison, Brokh'thar lui explique alors les noirs secrets de sa famille et son allégeance à la Légion Ardente. Ayant deviné la réelle nature du collier qui contenait en réalité l'âme de Krogar, il cherchait à s'en servir pour réanimer le prince démoniaque dominant ce lieu, Malchezaar. Il s'ensuit un combat d'anthologie qui va mener à la défaite de Thrain. Alors que Brokh'thar tente de l'achever l'intervention de Korghen qui se sacrifie lui permet de reprendre l'avantage. Il décapite alors Brokh'thar et récupère son collier dans le but de ressusciter son père, non pas pour de nouveau le serrer dans ses bras mais plutôt pour avoir des réponses à ses questions. Avec succès, les démonistes de la Faille de l'Ombre le ramènent à la vie.

L'an 30 à l'an 35 : Le Cataclysme se profile à l'horizon et Thrain quitte son père en découvrant la raison même de sa création. Il apprend par la même occasion l'existence d'un demi-frère laissé en retrait pour ne pas qu'il subisse son influence. Se considérant comme le fruit d'une expérimentation immonde et refusant de combattre pour Garrosh qui lui rappelle les plus mauvaises heures de son peuple, il rejoint l'Outreterre où il devient un mercenaire écumant les donjons les plus sordides au côté d'un certain Ghalron Fière-Lame. Finalement avec le retour d'Aile de Mort, il retourne en Azeroth et combat en solitaire. Alors qu'il a rejoint les Contreforts de Hautebrande, afin de se faire une idée sur la conquête des Réprouvés, il est gravement blessé lors d'une embuscade de la Meute Croc-de-Sang et des Foudrepiques. Ramené jusqu'à Moulin-de-Tarren, il menace de succomber à ses blessures mais Chronormu décide de le sauver. [Saison 1]


Trivia inintéressante :

Inspirations et ressemblances :

J'ai trouvé un dessin qui je pense lui ressemble complètement.



On rajoute le tatouage et les yeux rouges, on enlève l'anneau dans le nez et Thrain ressemble, dans mon idée, exactement à celui-là.

Le tatouage de dragon (donc juste le dragon) :



Et pour le visuel de l'épée runifiée, celle-ci.



Il faut l'imaginer bien plus grande, elle fait quasiment la taille du bonhomme.

Voxo :



Une voix à la fois noble et grave, tout à fait ce qui colle pour Thrain. Merci David Lodge.

Thème musical :



Cette musique retranscrit, à mon sens, aussi bien le côté bestial que la noblesse d'âme d'un guerrier.

Relations avec la Compagnie :

Endirvis le Saignepeste - La relation qu'il entretient avec le chevalier de la mort est probablement l'une des plus ambigües. En effet l'orc déteste tout ce que représente ce troll : la lâcheté, l'égoïsme, la soif de pouvoir et l'envie de domination. Cependant, il ne peut s'empêcher de percevoir du bien dans cet être. Davantage, il voit en lui un reflet brisé de ce qu'il aurait pu être s'il avait suivi la voie tracée par ses créateurs. Ainsi, Thrain considère le troll comme un fardeau qu'il se doit de porter, tout en essayant de le faire agir dans l'intérêt de ce qu'il considère le bien commun, malgré toutes les répercussions néfastes que cela peut produire. Malheureusement, tout contrôle à ses limites.

Siasske OmbreLune - Au début, Thrain, nourri par la rancœur des orcs à l'égard des elfes de la nuit ne ressentit que du dégoût pour cette chasseresse, fière patriote des Enfants des Étoiles. Au fur et à mesure de leurs péripéties dans les lignes temporelles, il en est cependant venu à l'admirer, voir l'idéaliser, ainsi qu'à s'intéresser davantage à la culture de ses talentueuses protectrices de la Nature. Inexorablement attiré par elle, alors qu'il s'interdisait toute aventure avec quelqu'un sous sa direction, il a finalement cédé. Tout comme Endirvis, son attachement à Siasske risque de lui faire brouiller ses repères et le rendre irraisonnable concernant tout ce qui peut potentiellement la menacer, elle ou leur couple.

Azriv Heurteciel - À bien des égards, Thrain considère le pyromancien comme son petit frère. Même s'il ne l'a jamais ouvertement exprimé, l'orc se reconnait dans cet elfe de sang. Tout comme lui, un pouvoir dont il ne voulait pas (en tout cas pas jusqu'à ce point) lui a été implanté, le transformant parfois en menace à l'égard de tout ce qu'il souhaite protéger. Davantage, Azriv lui rappelle son demi-frère Azralvan avec qui il n'a jamais entretenu de réelles relations cordiales et voit en lui une occasion de se rattraper.

Mozdram - Bien qu'il ne le connaisse que très peu, Thrain perçoit le Roué comme un rival. Davantage il n'apprécie pas spécialement sa direction ou bien tout simplement avec qui le vétéran s'acoquine. L'avenir dira si les craintes de Thrain étaient fondées ou juste motivées par de la jalousie pure. Cependant au cours de leur joute à mains-nues, l'orc a été vaincu et contraint psychologiquement de quitter la Compagnie, avec un certain regret mais aussi un lancinant sentiment de libération. Il garde tout de même une grande rancœur à l'égard de Mozdram et elle ne serait que grandissante s'il devait un jour apprendre que ses Karad disparaissent les uns après les autres sous son commandement.

Ghalron Fière-Lame - Tout comme Uroloki et Endirvis, Thrain connaissait Ghalron avant leurs aventures dans les lignes fragmentées du temps. Cependant, il porte bien plus d'espoir en Ghalron qu'en Endirvis, malgré les quelques similitudes monstrueuses des deux. Contrairement au chevalier de la mort, il ne s'imagine pas le garder sous son joug indéfiniment, intimement convaincu que le chevalier sans bannière n'est pas un simple bourreau sadique mais bel et bien une âme aux repères troublées. L'orc cherche tant bien que mal à lui faire retrouver le bon chemin, avec l'espoir qu'il accomplisse de grandes choses grâce à ses préceptes, tout comme Thrain suite à l'aide apportée par Aléryon Sittorval, lui même chevalier de sang.
avatar
Mozdram
Modérateur

Messages : 3227
Date d'inscription : 06/08/2010
Age : 22

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum